Quentin Dée, prince de la nuit et reine de la pole


05
Juin

Quentin Dée, prince de la nuit et reine de la pole

  • posté par - PhilippeTTP

Il incarne la puissance et la grâce : 1m85, divinement beau, musclé comme un marbre de Millo, pétillant, intelligent et très déterminé : Quentin Dée est déjà une star de la nuit et de la pole dance, mais il multiplie les idées et les projets. Portrait d’un garçon totalement hors normes.

TTP – Quentin, comment es-tu devenu une star de la pole ?

Quentin Dée – Je suis venu à la pole dance tard, à 18 ans. C’est une amie qui m’a fait découvrir cet art. Je l’ai accompagnée dans un club où sa copine faisait un show et ça a été une révélation ! Je me suis inscrit dans une école, j’ai aussi installé une barre chez moi, j’ai aménagé une salle de danse avec parquet et miroirs, et je me suis entraîné non stop pendant un an et demi.

TTP – Tu avais des bases ?

Quentin – J’ai toujours été sportif. J’ai pratiqué la gymnastique, la danse moderne et le patin à glace. En fait, j’ai toujours associé le sport et l’art.

TTP – Tu as suivi une école de pole dance ?

Quentin – Non. Et je ne me considère pas comme un technicien. Je me suis fabriqué un personnage, avec talons hauts, maquillage et tatouages, et c’est ce personnage que les spectateurs retiennent. Et ma sensualité. La preuve, je suis devenu champion de France de pole dance en janvier 2017 en catégorie sexy.

TTP – C’est-à-dire ?

Quentin – Les juges notent la prestance, la capacité à mettre une figure en valeur avant et après son exécution…

TTP – Comme en patinage artistique ?

Quentin – Oui. Mais ma sensibilité y est pour beaucoup. Je me considère comme androgyne, mi-homme, mi-femme. J’ai le corps d’un homme, j’y tiens, je porte les cheveux ultra-courts. De toute façon, il est impossible d’être habillé en fille ou de porter une perruque pour pratiquer la pole dance. Les collants c’est pas possible non plus parce qu’il faut accrocher la barre avec la peau. Donc j’ai un string et un petit harnais. Et cette quasi nudité m’a poussé à multiplier les tatouages. C’est la pole qui a façonné mon personnage. Mais j’ai une âme et une sensibilité de fille. Je dis que mon côté masculin est compris entre mon menton et mon nombril : ce sont mes pecs, mes épaules, mes abdos. Et mon côté fille, c’est mon maquillage et mes hanches.

TTP – Ton personnage semble faire figure d’exception dans la pole dance.

Quentin – Oui. Beaucoup de garçons pratiquent aujourd’hui la pole dance, mais il y en seulement une vingtaine en France qui sont dans le haut niveau. Et ils sont dans le côté académie et compétition. Ils sont masculins, ne se maquillent pas, ne se mettent pas en scène… Je ne connais qu’un seul autre danseur qui, comme moi, est androgyne, et il est encore plus musclé que moi. Mais le personnage tel que je l‘ai créé, dans sa globalité, je n’en connais pas d’autre. Mais ça va certainement arriver.

TTP – Ce personnage, il est né comment ?

Quentin – Ah ! (ndlr : rire. Quentin rit souvent). Eh bien j’ai commencé comme beaucoup de gays. A 16 ans, je m’habillais en fille pour sortir en boîte. C’était un délire et finalement il a très mal tourné parce que ça n’a jamais arrêté ! (re-rire…) Mais je ne me sentais pas vraiment bien en fille, et quand j’ai commencé des spectacles en mec, je ne me sentais pas à l’aise non plus.  Alors j’ai imaginé un personnage androgyne. Pas un drag queen ni un travesti. Et puis au début, je me produisais exclusivement pour des couples, au Cap d’Agde, et comme j’aime faire fantasmer mes spectateurs, j’ai voulu être à la fois homme et femme.

TTP – Et ça fonctionne ?

Quentin –Toujours ! Les hommes hétéros me disent : « je suis hétéro, mais… MAIS… » (rire).

TTP – Et les femmes ?

Quentin –Elles me regardent comme un garçon ! (rire) Elles oublient mon maquillage et mes talons. Ça me fait d’ailleurs un peu bizarre parce que moi, j’ai toujours été gay. Mais bon… C’est quand même bien.

TTP –Marylin Manson  : c’est un modèle pour toi ?

Quentin – Marylin possède deux facettes. Il y a le personnage de scène, sur lequel on fantasme beaucoup, et sur lequel on raconte parfois n’importe quoi. Et puis il y a le professionnel. C’est un bosseur.

TTP – Tu t’entraînes beaucoup ?

Quentin – Tous les jours. En fait, ma vie tourne autour de la pole. J’enchaîne cinq fois deux heures par semaine d’entraînement de danse, muscu et gainage, et j’ai les spectacles. J’ajoute aussi de nouveaux agrès. Par exemple, je viens d’acheter une barre pendulaire

TTP – Tu fais beaucoup de shows ?

Quentin : De plus en plus. En 2015, j’ai fait 120 dates. En 2016, 150. Et c’est parti pour 200 en 2017 !

TTP – Est-ce que tu modifies souvent tes chorégraphies ?

Quentin – Alors c’est un secret… mais je vais le dire ! J’ai HORREUR de préparer des chorégraphies ! Parce que dès que je monte sur scène, je déconnecte, alors je refuse de m’enfermer dans quelque chose. J’utilise des figures de base que j’enchaîne pour adapter à la musique, au contexte, au moment. Je ne choisis jamais mes musiques au hasard, elles veulent toujours dire quelque chose. J’ai essayé de préparer des chorégraphies, mais à l’arrivée, j’étais pas dedans. Et puis j’ajoute progressivement des éléments, des influences. Récemment, j’ai été invité à participer à des boylesques, des shows d’effeuillage masculin. Il y avait les meilleurs du monde et j’y ai puisé beaucoup de choses que j’ai intégrées à mes spectacles. Ça ajoute un côté cabaret.

TTP – Du cabaret ? avec de la pole ?

Quentin – Je ne me limite pas à la pole, je crée un spectacle complet. Par exemple, je pratique le play percing, c’est-à-dire que je plante des aiguilles sur mes bras. Je fais aussi du bondage et du shibari avec ma co-équipière Zaza. On conjugue tout ça pour faire une mise en scène, je l’attache, je plante des pétales sur mes bras avec les aiguilles, puis je pique une poupée vaudou…

TTP – ça paraît fou, ton truc.

Quentin – Oui. D’ailleurs, on l’a appelé le musée obscène (rire). C’est un cabaret que j’ai créé récemment avec quelques artistes aussi délirants que moi. Je ferai encore plus de choses. Je vais chanter, je ferai un numéro avec de la cire de bougie… On va démarrer les spectacles cet été.

TTP – L’été sera chaud.

Quentin – C’est sûr ! Et j’ai d’autres projets.

TTP – On peut savoir lesquels ?

Quentin – c’est une surprise ! Mais ça devrait faire du bruit.

Propos recueillis par Philipe pour TTP.

Les PETITES ANNONCES sexy 100% GRATUITES de TronTonPlaisir.com, c’est ici

TrocTonPlaisir.com - 1er site de PETITES ANNONCES sexy 100% GRATUITES